jeudi 5 février 2009

La visite de la bay curieuse au pays du vent

Nous sommes désormais à Invercargill. Si nous y sommes si tôt c'est que nous avons pris la lourde décision de snober la principale attraction de l'île sud, Fiordland. On ne va pas s'étendre là dessus et je reconnais une certaine contradiction chez le voyageur qui condamne le tourisme. Pas facile de saisir la nuance. Enfin, toujours est il que nous sommes désormais dans un petite ville pas trop moche, devant un musée accoudé à un jardin botanique superbe. Nous visitons les deux. Nous rencontrons le Tuatara derrière son plexiglas. Reptile préhistorique. C'est Denver avec un troisième oeil. Il parait qu'il descend tout droit du jurassique, pas la moindre évolution depuis. Ça nous impressionne mais la question se pose quand même. Est ce un crime suffisant pour être enfermé dans une cage?!? mmmmmffffff... En tout cas, il doit être sacrément mélancolique et regretter le temps béni des tyrannosaures.



Un peu plus tard dans l'après midi, Nono, assis sur un banc, voit revenir vers lui sa belle qui rayonne comme au plus beau jour. Des hêtres géants lui font une haie d'honneur. Ils se retournent sur son passage. Ils la dévorent des yeux. Elle est un univers de volupté, de grâce, de bonheur. Je suis amoureux. Après midi magique sous le soleil d'Invercargill, dans sa tranquillité de petite ville paumé du bout du monde. Après midi inoubliable. Après midi avec toi.



Vers 5 heure on se casse de là. On roule jusqu'à un camping dans Curio bay. Nous nous arrêtons plusieurs fois sur la route pour nos retrouvailles joyeuses avec l'océan et les habitants des plages. Les huîtriers donnent la leçon à leur petit. Les algues se dessèchent au soleil. Les gros lions de mer ouvrent à peine un oeil lorsque nous passons à côté d'eux. Dire que ces gros tas de gras passent la majeur partie de leur journée à glander au soleil...



Derrière nous les mastodontes, devant nous notre nid pour la nuit. Un petit camp au milieu des flaxes (typique roseau-chanvre néo-zélandais) et des phoques avachies. Les canisses sont faites de végétations florissantes, abris anti 40ième rugissant. les commodités plus que sommaire. Deux espèces de vieux bunker rouillés superbe de décrépitude réaménagés en micro-cuisine et douche. En fin de soirée, toujours dans une décontraction rare, nous partons visiter nos voisins pingouins sur une forêt fossile pour une petite leçon d'abnégation parentale...

1 commentaire:

  1. Quelle douce après midi passé avec toi, si je rayonne c'est grace à toi, ce n'est que la relexion de ta lumière

    RépondreSupprimer