lundi 22 décembre 2008

Lundi





Il est environ 10h30 lorsque nous arrivons à Whakapapa village (prononcer fakapapa). Nono est ravi de garer la voiture et de sentir le stress de la conduite à symétrie orthogonale s'évanouir presque aussitôt. On file à l'office à la recherche de quelques infos. D'abord le temps. Une belle semaine est annoncée. Aahhh! Pluie pour mercredi matin et beau pour le reste de la semaine, quant à aujourd'hui, frais et couvert mais sec, soit le plus important.


On achète une petite carte et on rempli le formulaire (non obligatoire) informant les secours de notre parcours, avec les prévisions de nos étapes et la date de retour programmée. Petite précaution incroyablement rassurante.

Un rapide tour du petit musée consacrée au parc, lunch, on charge les sacs sur le dos et nous voila partis pour 6 jours de marche autour du mont Ruapehu. Au programme: forêt primitive, prairie alpine, désert, vallée morainique, coulée de boue...

L'après midi se déroule sans embûche. La boucle, que nous effectuons dans le sens horaire, commence doucement, aux travers de la mountain beech forest (la traduction en français serait forêt de nothofagus de montagne, pardon). Petit à petit, les équipages que nous croisons, correspondant plus ou moins au profil type du randonneur longue distance, se font de plus en plus rares.

Après deux heures, nous traversons une rivière et dans le même temps, la forêt laisse la place à une prairie alpine austère où quelques vestiges de coulées de boue et des glissements de terrains viennent rompre la monotonie du jaune fade des touffes de tussocks, du vert sombre des hebes et des taches blanchâtres d'une petite plante aux allures de moisissure et jusqu'ici non identifiée. Après quelques centaines de mètres au milieu de ce paysage, nous pouvons pour la première fois apercevoir le mont Ngauruhoe.


Les discussions vont bon train avec Simon, toujours très intéressantes. Nous n'avons presque jamais arrêté de discuter depuis que nous sommes partis de Te Koha. Il faut dire que nous avons avec nous un personnage plutôt atypique. Au croisement qui mène aux Tama Lakes, il sort sa carte de son sac. Sa destination en ce jour, un petit bout de montagne où il va s'installer seul avec son sac de couchage et sa tente pour 14 jours de méditations. Il nous montre l'endroit où il souhaite se rendre. Encore quelques centaines de mètres et dans le lit sec d'une rivière, c'est le moment de se séparer. Drôle d'impression de se voir saluer quelqu'un, en fin d'après midi, au milieu de nul part, et de le voir prendre le chemin le plus direct pour l'oubli.

Nous reprenons le cours de nos discussion en français et marchons encore une heure, avant de nous arrêter pour la nuit, docilement installer entre les deux volcans.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire