samedi 24 janvier 2009

Gondwana land

D'un certain point de vu, les mythes de l'Atlantide, des monstres marins et, pourquoi pas, du paradis terrestre s'expliquent par le fait de la transformation perpétuelle du visage de notre planète, ceci depuis la nuit des temps, il y aurait déjà 4.5 milliard d'années, boum badaboum pouète pouète.... (J'adore les introductions mistico-intello-débile qui veulent pas dire grand chose mais je reste persuadé que je peux en berner plus d'un avec ça. Pas toi, mais d'autres. Qui ça? Bonne question!)
Tu as très certainement entendu parler, un jour dans ta vie d'étudiant ou de téléspectateur, du super-continent, collant rouge qui moule les burnes et mèche sur le côté, on vole à mach 12, y a rien qui bouge. La Pangée qu'ils l'appellent les mecs. La Pangée. Du grec ancien pan!!! qui veut dire tout et !!! qui veut dire la Terre. Prononcé avec l'accent franc-comptois, on pourrait croire que c'est un vieux truc de grand mère qui se mange. Enfin.
A une certaine époque (fin du Trias, éh ouais), la Pangé (pensez à bien traîner sur le "an") était divisée en deux continents séparés par....
"hep hep hep! Tu dis "Pangée, supercontinent". On entend par là que toutes les terres émergées ne faisaient qu'un seul et unique continent. Deux phrases plus loin, le voilà déjà séparé en deux ton super panzer.
-Oui mais c'est plus compliqué que ça...
Donc voilà. Comme dans l'univers qui est en expansion, sur Terre, rien n'est fixe. Tout bouge, se déplace, se transforme. Les continents n'échappe pas à la règle (cf message blog Ring of fire du 22/12/08, la dérive des continents ou tectonique des plaques). On découpe alors, à une certaine période, notre super continent en deux sous-ensembles. Ceux ci sont séparés à certains endroits par un océan aujourd'hui disparu, paix à son âme, la Thétis et à d'autres, par des mers, moins profondes, d'où l'idée d'un ensemble continental unique. Mouais. Pas convaincu? Tant pis.
Le premier de ces sous-ensembles continentales est appelé Laurasie (contraction de Laurentide et Asie). Le second est appelé Gondwana et je trouve que ce mot est génial. Pourquoi? J'en sais trop rien. Lien vers la moustache bleue.http://lamoustachebleue.blogspot.com/.
J'en reviens au Nothofagus ou southern beech tree et nous touchons au but. Cette essence répandue en Nouvelle-Zélande possède des cousins spécimens en Amérique du Sud, Australie, Tasmanie, Nouvelle Guinée, Nouvelle Calédonie et on a même retrouvé des preuves de l'existence de ces arbres en Antarctique... Génial non? Alors comment expliquer que cette espèce dont les graines ne survivent pas dans l'eau, ne sont pas emportées par le vent ni disséminées par les oiseaux ou autres animaux puisse se retrouver ainsi éparpillé aux quatre coins de la planète? L'explication serait donc que Amérique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande... mais également Afrique, Inde... furent once upon a time un seul est unique continent. Wouaaaaaaa!!!!
Les livres et les expositions des offices du DOC expliquent cela mille fois mieux que moi qui n'ai ni les capacités, ni la prétention de t'en apprendre sur des sujets d'ordre aussi scientifique. Je tenais seulement à te faire partager mon extraordinaire découverte... Tu t'en fous? T'en pis.

PS: On trouve une multitudes de cas similaire tendant à prouver l'existence du Laurasia...

1 commentaire:

  1. Gondwana, Laurasie...même combat: le Nothofagus! en résumé...

    RépondreSupprimer